Show simple item record

dc.contributor.authorLe Queux, Stephaneen_US
dc.contributor.authorPeetz, Daviden_US
dc.date.accessioned2017-04-04T17:32:47Z
dc.date.available2017-04-04T17:32:47Z
dc.date.issued2009en_US
dc.date.modified2012-02-10T01:44:50Z
dc.identifier.issn1285087Xen_US
dc.identifier.doihttp://www.ires-fr.org/Chronique-de-l-IRES-No-120en_US
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10072/29644
dc.description.abstractAprès une dizaine d’années sous régime libéral, l’électorat australien fait volte-face et vote travailliste, novembre 2007. La coalition libérale-conservatrice au pouvoir, réélue à trois reprises consécutives depuis 1996, était pourtant dotée d’un fort capital d’expérience et d’un bilan économique exemplaire. Ce n’est donc pas tant un simple sentiment de lassitude qui a poussé les australiens à changer de cap, même si la carte du changement a dû peser dans la balance. Comme l’indiquaient de nombreux sondages et de l’aveu même des directeurs de campagne des principaux partis, c’est bel et bien l’impopularité de « WorkChoices », la législation du travail promue par les libéraux sous la gouverne de John Howard, qui leur a coûté les élections. Pour ces élections, les syndicats ont mis le paquet. La campagne syndicale « Your Rights at Work : Worth Fighting For » portait un message clair : cette législation est anti-travailleur, il faut se débarrasser des libéraux pour s’en débarrasser. Le message a passé. Sitôt au pouvoir, les travaillistes (Australian Labour Party) retirent WorkChoices qui, pour la petite histoire, finira recyclée en papier toilettes. Mais n’ayant pas une majorité au sénat, il leur faudra cependant presque deux ans pour formuler, négocier et entériner le nouveau régime du travail, « Fair Work Act », qui prit effet le 1er juillet 2009.en_US
dc.description.peerreviewedYesen_US
dc.description.publicationstatusYesen_US
dc.format.extent86515 bytes
dc.format.mimetypeapplication/pdf
dc.languageFrenchen_US
dc.language.isoen_US
dc.publisherInstitut de Recherches Economiques et Sociales (IRES)en_US
dc.publisher.placeFranceen_US
dc.publisher.urihttp://www.ires-fr.org/en_US
dc.relation.ispartofstudentpublicationNen_US
dc.relation.ispartofpagefrom19en_US
dc.relation.ispartofpageto26en_US
dc.relation.ispartofjournalChronique Internationale de l'IRESen_US
dc.relation.ispartofvolume120en_US
dc.rights.retentionYen_US
dc.subject.fieldofresearchIndustrial Relationsen_US
dc.subject.fieldofresearchcode150306en_US
dc.titleRelations professionnelles: nouveau pouvoir, nouvelle donneen_US
dc.title.alternativeIndustrial relations: new power, new dealen_US
dc.typeJournal articleen_US
dc.type.descriptionC1 - Peer Reviewed (HERDC)en_US
dc.type.codeC - Journal Articlesen_US
gro.facultyGriffith Business School, Dept of Employment Relations and Human Resourcesen_US
gro.rights.copyrightCopyright 2009 Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES). The attached file is reproduced here in accordance with the copyright policy of the publisher. Please refer to the journal's website for access to the definitive, published version.en_US
gro.date.issued2009
gro.hasfulltextFull Text


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

  • Journal articles
    Contains articles published by Griffith authors in scholarly journals.

Show simple item record